Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 21:14

 

L

a commémoration de tous les fidèles défunts (2 novembre) est l'occasion de penser plus intensément au but de notre vie. Il ne suffit pas d'y penser une fois l'an, ni même lors des deuils qui nous affectent au cours de l'année, mais il est bon et salutaire de penser tous les jours à la mort et à ce qui doit la suivre, de nous rendre cette pensée familière. Pour les uns cette pensée les encouragera à persévérer dans l'amour de Dieu et du prochain malgré fatigues et contradictions, pour les autres elle les retiendra de pécher au moment où le frêle esquif de leur âme en butte à la tentation semble près de chavirer, pour d'autres encore elle les fera sortir d'une situation de péché, angoissante et même terrifiante pour celui qui y réfléchit un tant soit peu. Comment peut-on rester le cœur léger quand on mérite  l'enfer éternel ? Quelle légèreté effectivement, ou plutôt quelle folie ! L'Ecriture Sainte nous dit tout au contraire : « Opérez votre salut avec crainte et tremblement » (Phil. 2,12). Certes Saint Jean nous dit aussi : « L 'amour parfait bannit la crainte » (1 Jn 4,18), car nous voulons encourager la crainte filiale, don du Saint-Esprit, non la crainte servile. Le curé d'Ars, qui était hanté par la pensée du salut de ses ouailles, disait : «Dans le monde, on cache le ciel et l'enfer : le ciel, parce que si on en connaissait la beauté on voudrait y aller à tout prix ; l'enfer, parce que si on en connaissait les tourments, on voudrait les éviter coûte que coûte.» Chacun pourrait confirmer la vérité de ce propos. Puissions-nous dire comme le saint curé : « Je vous aime, ô mon Dieu, et je ne désire le ciel que pour avoir le bonheur de vous aimer parfaitement. Je vous aime, ô mon Dieu, et je n'appréhende l'enfer que parce qu'on y aura jamais la douce consolation de vous aimer. » La pensée de la mort ne nous détourne pas de l'instant présent mais lui donne sa vraie perspective : un trésor mis à notre disposition pour monter vers Dieu. Quel repos dans cette pensée, quelle paix intérieure au milieu de la multitude de nos tâches et des soucis parfois accablants de nos pauvres vies ! Ne perdons pas de vue l'essentiel. Ne soyons ni grisés par les succès (parfois seulement apparents), ni abattus par les échecs (eux aussi parfois seulement apparents). Comme l'exprime un beau texte de Kippling : « Si tu peux rencontrer triomphe après défaite / Et recevoir ces deux menteurs d’'un même front ...». De même le livre de l'Imitation de Jésus-Christ nous dit : « Inquiétez-vous peu de savoir qui est pour vous ou contre vous, mais prenez soin que Dieu soit avec vous dans tout ce que vous faites » (II,2). Nous pouvons entreprendre bien des choses, nous passionner pour une œuvre ou une autre, mais finalement, tout cela n'est pas encore le Royaume de Dieu, tout cela n'est qu'accessoire et relatif. Dieu seul suffit ! « Unam petii a Domino, hanc requiram : ut inhabitem in domo Domini omnibus diebus vitae meae ut videam voluntatem Domini et visitem templum eius » (Ps 26,4) « J’ai demandé au Seigneur une seule chose, et je la rechercherai uniquement : c’est d’habiter dans la maison du Seigneur tous les jours de ma vie ; afin que je contemple les délices du Seigneur, et que je visite son temple. » Le Seigneur nous met en garde contre la dispersion, l'éclatement, l'étouffement dont nous sommes si souvent responsables. Ne cherchons pas d'excuses. Il n'y en a pas qui vaille que l'on abandonne ou que l'on délaisse, ne serait-ce qu'un moment, ce qui fait le but et le cœur de notre vie. « Une seule chose est nécessaire » (Luc 10,42). La pensée de la mort, revenons-y n'a donc rien de déprimant, rien de morbide, rien de stérile. Elle nous met dans les meilleures conditions pour bien accomplir notre mission ici-bas, notre devoir d'état, notre vocation d'homme. Elle favorise l'unité de tout notre être, corps, âme et esprit (cf 1 Thes 5,23) et de toute notre vie. Entretenons en nous le désir de voir Dieu, habituons-nous à vivre sous son regard, en sa présence, cherchons à Lui plaire en toutes choses, et la mort sera pour nous vraiment la rencontre attendue et préparée avec ferveur et grand désir et nous pourrons dire avec Sainte Thérèse de l'Enfant-jésus : « Je ne meurs pas, j'entre dans la Vie ! »

 

abbé Hugues de Montjoye

Partager cet article

Repost 0
Published by Eglise Saint-Georges - dans BULLETIN - FORMATION
commenter cet article

commentaires

 

 

Retrouvez toute l'actualité de Saint-Georges sur son nouveau site :

 

http://eglisesaintgeorges.com/

Rechercher

Consultez

le dernier bulletin paroissial

  Novembre 2012

Inscription à l'adoration du 1er vendredi du mois

ici

Inscription au service fleurs

ici

APOSTOLAT DE LA PRIERE

2012


(Du Vatican, le 31 décembre 2008 ;
Agence Fides 3/2/2009)

-wsb-480x623-PapstBenedikt36.jpg 

Septembre 2012

Intentions du Saint-Père

 

Intention Générale :

 

 

 

Pour que les responsables politiques agissent toujours avec honnêteté, intégrité et amour de la vérité. 

 

 

 

Intention Missionnaire

 

   Pour que les communautés chrétiennes se rendent disponibles à l’envoi de missionnaires, prêtres, laïcs, et augmentent leur soutien concret en faveur des Eglises les plus pauvres.