Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 15:17

Le Père Mateo est connu pour être à l’origine de l’intronisation du Sacré-Cœur dans les familles.  Né au Pèrou d’un père protestant et d’une mère catholique, il entre dans la Congrégation des Sacrés-Cœurs de Jésus et de Marie, plus connue sous le nom de Pères de Picpus (rue Picpus à Paris). Atteint d’une grave lésion au cœur, il est envoyé en France pour voir un spécialiste, mais le médecin ne lui donne tout au plus que deux mois de vie. Le 24 août 1907, alors qu’il n’a que trente-deux ans, il se rend presque mourant à Paray-le-Monial, pour implorer la grâce de se préparer à bien mourir. Dans la chapelle des apparitions, il prie et se sent foudroyé par la grâce. Il est subitement guéri et le soir même, il lui semble recevoir du Sacré-Cœur le moyen de reconquérir le monde au Christ, famille par famille : ce sera l’intronisation du Sacré-Cœur dans les familles, telle que nous la connaissons aujourd’hui.

La richesse de la dévotion au sacré-Cœur est de nous ramener à l’amour infini de Dieu pour nous, manifesté en Jésus-Christ, particulièrement dans les humiliations de la Passion et l’abaissement du mystère eucharistique. C’est reconnaître la souveraineté d’amour du Cœur de Jésus sur la famille chrétienne. Or le royaume de Notre-Seigneur ici-bas est un « royaume de vérité et de vie, de sainteté et de grâce, de justice d’amour et de paix » (préface du Christ-Roi). La dévotion au Sacré-Cœur n’est donc pas une dévotion parmi d’autres, limitée à quelques pratiques. Elle n’a rien de sentimental, superficiel et stérile. Ou bien ce n’est qu’une façade de dévotion au Sacré-Cœur.

Le Pape Pie XII écrivait au Père Mateo en 1948 : « Que chacun conforme sa vie aux préceptes chrétiens ; qu’il soit enflammé d’un amour fervent pour la Sainte Eucharistie, et qu’il prenne part, le plus souvent possible au banquet divin ; qu’il s’efforce par des supplications adressées à Dieu et par les œuvres d’une sainte pénitence, d’obtenir, par tous les moyens possibles, non seulement son propre salut, mais aussi celui des autres ».

Une famille vivra d’autant mieux la dévotion au sacré-Cœur qu’elle rayonnera l’amour de Dieu pour les hommes. Cette dévotion puise sa source dans l’Amour et nous ramène toujours à l’Amour. Ce n’était pas tant des âmes dévotes que des âmes aimantes que voulait susciter le Père Mateo.

La question de Jésus à Saint-Pierre après la résurrection est la question qu’il nous posera à nous aussi : « M’aime-tu ? ». Sommes-nous des âmes aimantes ? Croyons-nous réellement à l’amour de Dieu pour nous ? Croyons-nous que Dieu nous a créés par amour et pour aimer ? Aimons-nous vraiment Jésus ? Aimons-nous ce qu’Il aime et haïssons-nous ce qu’Il hait ? Nous réjouissons-nous avec Lui et souffrons-nous avec Lui ? Comprenons-nous que l’amour se prouve par des actes ?

« Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements » (Jn 14,15) « Celui qui a reçu  mes commandements et qui y reste fidèle, c’est celui-là qui m’aime » (Jn 14,21) « « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole » (Jn 14,23) « L’amour de Dieu consiste à garder ses commandements » (1 Jn 5,3). Voilà les vraies âmes aimantes !

Or le commandement qui résume tous les autres, qui en est le cœur et l’âme, c’est précisément celui de la charité. Si bien que sans charité, il n’y a pas d’observance réelle des commandements. Une observance extérieure, matérielle, « légale » des commandements ne suffit pas. « Si votre justice ne surpasse as celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux » (Mt 5,20). « Malheureux êtes-vous, pharisiens, parce que vous payez la dîme sur toues les plantes du jardin, et vous laissez de côté la justice et l’amour de Dieu » ( Lc 11, 42) « Ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est loin de Moi » (Mt 15,8) « Si j’ai la foi jusqu’à transporter les montagnes (…), si je distribue tous mes biens aux pauvres, si je vais jusqu’à livrer mon corps aux flammes, si je n’ai pas la charité, cela ne me sert de rien » (1 Cor 13, 1-3).

Nous ne sommes vraiment chrétiens que si nous demeurons dans l’Amour, si nous en vivons, si nous brûlons du désir de grandir dans l’amour de Dieu et du prochain. Peu importent les consolations ou les désolations spirituelles que Dieu envoie ou refuse ; l’amour a son siège dans la volonté, non dans la sensibilité.

N’attendons pas le ciel pour aimer Dieu, pour L’aimer dignement, de tout notre cœur, de toute notre âme, de toutes nos forces. Nous l’avons promis le jour de notre baptême. Est-ce à nous que saint Basile dit : « Tu as reçu la foi dès l’enfance, et tu attends jusqu’à la vieillesse pour devenir chrétien » ? Pourquoi attendre ? Pourquoi gaspiller le temps précieux et mesuré que Dieu nous donne ?

Convertissons-nous ! Soyons des âmes dévotes et surtout aimantes. Comme Saint François de Sales cherchant à surmonter la crise de désespoir qui l’accablait (décembre 1586 et janvier 1587), décidons d’aimer Dieu en ce monde. « Ah ! Quoi qu’il en soit, Seigneur, pour le moins que je vous aime en cette vie, si je ne puis vous aimer en l’éternelle, puisque personne ne vous loue en enfer ! » C’est le meilleur moyen d’être sûr de L’aimer en l’autre. Soyons des âmes aimantes, et soyons-le aujourd’hui. « Ma vie n’est qu’un instant, une heure passagère / Ma vie n’est qu’un seul jour qui m’échappe et qui fuit / Tu le sais, ô mon Dieu ! pour t’aimer sur la terre / Je n’ai rien qu’aujourd’hui ! … » (Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, Mon Chant d’aujourd’hui, PN 5)

 

Abbé Hugues de MONTJOYE

Partager cet article

Repost 0
Published by Eglise Saint-Georges - dans BULLETIN - FORMATION
commenter cet article

commentaires

 

 

Retrouvez toute l'actualité de Saint-Georges sur son nouveau site :

 

http://eglisesaintgeorges.com/

Rechercher

Consultez

le dernier bulletin paroissial

  Novembre 2012

Inscription à l'adoration du 1er vendredi du mois

ici

Inscription au service fleurs

ici

APOSTOLAT DE LA PRIERE

2012


(Du Vatican, le 31 décembre 2008 ;
Agence Fides 3/2/2009)

-wsb-480x623-PapstBenedikt36.jpg 

Septembre 2012

Intentions du Saint-Père

 

Intention Générale :

 

 

 

Pour que les responsables politiques agissent toujours avec honnêteté, intégrité et amour de la vérité. 

 

 

 

Intention Missionnaire

 

   Pour que les communautés chrétiennes se rendent disponibles à l’envoi de missionnaires, prêtres, laïcs, et augmentent leur soutien concret en faveur des Eglises les plus pauvres.