Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 15:41


Je ne pensais pas en allant accueillir à la gare de Perrache le père NATA que j’allais, cinq mois plus tard,  passer quatre semaines dans la brousse au Bénin. Et pourtant le mercredi 2 février, je me trouvais dans l’avion en direction de Cotonou. Que savais-je de ce pays ? Pas grand-chose. De mes souvenirs scolaires, j’avais retenu que le Dahomey et le Togo étaient deux colonies allemandes, et qu’à la suite du traité de Versailles en 1918, la France héritait de ces deux pays comme protectorats, et que la capitale du Dahomey était Cotonou. Un point c’est tout ! J’ai donc sauté sur le petit Robert des noms propres pour en savoir plus. A Benin : 19 lignes sans carte ni illustration, mais à Dahomey, ouf !!,  une carte, et j’ai appris que ce pays était entre le Togo et le Nigéria, et qu’au nord se trouvaient le Burkina-Faso (ex Haute-Volta) et le Niger.

Ce petit pays d’Afrique de 112622 km2 a une population de  6200000 habitants. Voilà, j’étais moins idiot.

Pour revenir à l’avion, signe de la Providence, le seul fauteuil à ma gauche disponible, sur 250 passagers,  était occupé par un ecclésiastique, et pas n’importe lequel : l’archevêque de Cotonou, Mgr Antoine GANYE .Je l’ai retrouvé deux jours  plus tard à OUIRA, au grand séminaire du diocèse, pour la messe de clôture  d’une session regroupant l’ensemble des prêtres.

 

BOUKOUMBE

 

Le Père NATA m’a récupéré à l’aéroport et après une nuit passée au presbytère de la paroisse St Michel à Cotonou, nous avons pris la route sur l’unique nationale goudronnée reliant la capitale au nord du Bénin aux frontières du Burkina-Faso et du Nigeria.

Nous avions à parcourir 650 kms jusqu’à NATITINGOU. Au volant de sa 505 Peugeot, l’abbé NATA est un artiste du volant :  la route, soi-disant goudronnée, est truffée  d’ornières et de trous, à casser les amortisseurs les plus résistants ; mais nous sommes en Afrique, et la sagesse populaire veut qu’il ne faille pas être pressé comme ces européens qui regardent sans cesse leur montre. Notre moyenne n’a pas dépassé les cinquante kms/h. Partis de bonne heure, nous sommes enfin arrivés dans la paroisse Sainte Anne de Boukoumbé. Il faut vous dire que ce pays de 60000 âmes, très étendu, ne ressemble pas du tout à l’image que je m’en faisais. Pas de buildings, pas de grands magasins, pas d’immeubles… juste des petites maisons à peu près toutes semblables, des échoppes en bois ou en briques… dépaysement garanti. En outre, j’avais quitté Lyon avec une température de -2 degrés,  ici on avoisinait les 35 degrés, sans un souffle d’air. La première nuit fut terrible, avec un ventilateur au plafond qui brassait de l’air chaud ; heureusement, une bonne douche permettait de se rafraichir. .

Mon séjour en paroisse m’a permis de voir le travail accompli par le Père NATA et son vicaire, le père RODRIGUE. Il faut dire aussi que ces prêtres s’occupent d’une dizaine de paroisses, que ce soit au Bénin ou au Togo. Il y a aussi, pour les seconder, un conseil paroissial efficace et un nombre de catéchistes importants. Je n’oublierai pas de  mentionner les deux communautés de religieuses présentes : les franciscaines et les augustines. Les premières s’occupent des écoles maternelles et primaires, et les autres du dispensaire. Le travail fourni par ces religieuses est remarquable, et plus  de 400 enfants sont ainsi scolarisés dans des écoles catholiques. J’ai eu la chance de visiter quelques classes,  vous ne pouvez pas imaginer l’accueil que j’ai reçu : formidable !! Les enfants, disciplinés, sont attentifs à la parole du maître ou de la maitresse. J’avais l’impression de revenir 50ans en arrière, un enseignement ressemblant à celui qui était pratiqué jadis chez nous, et ça marche encore… Je manque de temps et d’espace pour vous raconter toutes mes rencontres et visites : découverte du pays des TATAS, ou pays des Batammariba, avec leurs cases fortifiées, visite de la réserve du PENDJARI, de 470000 ha abritant toute la faune du pays ; je pensais que j’allais me trouver nez à nez avec des bêtes sauvages, et bien, déçu : Il n’y a plus d’animaux sauvages. Il faut aller dans ces réserves pour pouvoir les apercevoir.

Je voudrais vous parler de la vie religieuse de la paroisse Sainte Anne .Tous les matins, c’est une centaine de personnes qui assiste à la messe chantée. Le dimanche ce sont les 700 places qui sont occupées. La messe est dite en français mais on chante aussi le Kyrie, le sanctus ou l’agnus dei. Mais quelle que soit la forme, les gens participent de façon très active à la célébration du Saint Sacrifice de la Messe : L’abbé Denis Le Pivain, curé de la paroisse St Jean-Baptiste à Natitingou, célèbre devant plus de 600 personnes la messe dominicale selon la forme extraordinaire ; je l’ai aussi rencontré, ainsi que Mgr Pascal N’KOUE, avec lequel j’ai déjeuné à plusieurs reprises. Il est évêque de Natitingou, un personnage remarquable, d’une grande culture, formé en Italie. Je peux vous dire que le catholicisme béninois est en pleine expansion grâce à la qualité des prêtres, des religieux et des religieuses, et de leur hiérarchie.

Notre Saint Père le Pape doit se rendre du 18 au 20 Novembre 2011 au Bénin. Nul doute, je l’espère, qu’il désignera un nouveau cardinal pour remplacer le cardinal béninois Mgr GANTIN, décédé il y a deux ans.

La paroisse de Boukoumbé a besoin que nous l’aidions à vivre, surtout face à la montée de l’Islam. Dans un premier temps, les paroissiens souhaiteraient qu’une clôture décente et efficace soit posée. Une participation de notre part serait la bienvenue, car le Bénin fait partie des pays d’Afrique les plus pauvres, surtout après avoir subi une dictature marxiste qui a ruiné le pays.

En conclusion, j’ai été remarquablement accueilli : Toutes les personnes côtoyées m’ont toujours reçu avec d’immenses sourires et une franche amitié. Aidons-les dans la mesure de nos moyens, et dans tous les cas prions pour eux.

Je crois savoir que le père Eric NATA sera parmi nous cet été. Accueillons-le avec chaleur et faisons en sorte que son séjour se déroule bien.

 

Bernard ROUSSEL paroissien de St Georges

Membre du conseil paropissial

rousselbam@gmail.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Eglise Saint-Georges - dans NEWS - EVENEMENTS
commenter cet article

commentaires

 

 

Retrouvez toute l'actualité de Saint-Georges sur son nouveau site :

 

http://eglisesaintgeorges.com/

Rechercher

Consultez

le dernier bulletin paroissial

  Novembre 2012

Inscription à l'adoration du 1er vendredi du mois

ici

Inscription au service fleurs

ici

APOSTOLAT DE LA PRIERE

2012


(Du Vatican, le 31 décembre 2008 ;
Agence Fides 3/2/2009)

-wsb-480x623-PapstBenedikt36.jpg 

Septembre 2012

Intentions du Saint-Père

 

Intention Générale :

 

 

 

Pour que les responsables politiques agissent toujours avec honnêteté, intégrité et amour de la vérité. 

 

 

 

Intention Missionnaire

 

   Pour que les communautés chrétiennes se rendent disponibles à l’envoi de missionnaires, prêtres, laïcs, et augmentent leur soutien concret en faveur des Eglises les plus pauvres.