Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 11:00


                Les 24, 25 mars derniers, nos évêques de France se sont réunis à Lourdes pour fêter le 50° anniversaire de l’ouverture du Concile Vatican II. A cette occasion notre Saint-Père a adressé un message aux participants de ce rassemblement. Il concerne en fait chacun d’entre nous. Il vaut la peine d’être lu intégralement. En voici le texte suivi d’un bref commentaire personnel.

 « Le Concile Vatican II a été et demeure un authentique signe de Dieu pour notre temps. Si nous savons le lire et le recevoir à l'intérieur de la Tradition de l'Église et sous la direction sûre du Magistère, il deviendra toujours plus une grande force pour l'avenir de l'Église. Aussi, je souhaite vivement que cet anniversaire soit pour vous et pour toute l'Église qui est en France, l'occasion d'un renouveau spirituel et pastoral. En effet, il nous est ainsi donné de pouvoir mieux connaître les textes que les Pères Conciliaires nous ont laissés en héritage et qui n'ont rien perdu de leur valeur, afin de les assimiler et d'en faire produire des fruits pour aujourd'hui ».

             Ce renouveau, qui se situe dans la continuité, prend de multiples formes et « l'année de la foi », que j'ai voulu proposer à toute l'Église en cette occasion, doit permettre de rendre notre foi plus consciente et de raviver notre adhésion à l'Évangile. Cela demande une ouverture toujours plus grande à la personne du Christ, en retrouvant notamment le goût de la Parole de Dieu, pour réaliser une conversion profonde de notre cœur et aller par les routes du monde proclamer l'Évangile de l'espérance aux hommes et aux femmes de notre temps, dans un dialogue respectueux avec tous. Que ce temps de grâce permette aussi de consolider la communion à l'intérieur de la grande famille qu'est l'Église catholique et contribue à restaurer l'unité entre tous les chrétiens, ce qui fut l'un des objectifs principaux du Concile.
            Le renouveau de l'Église passe aussi à travers le témoignage offert par la vie des chrétiens eux-mêmes pour que resplendisse la Parole de vérité que le Seigneur nous a laissée. Chers amis, en fréquentant les témoins de la foi, comme sainte Bernadette l'humble voyante de Lourdes, Pauline Jaricot qui a suscité dans l'Église un nouvel élan missionnaire et tant d'autres, qui ont germé de la terre de France, vous grandirez dans la connaissance du Christ. Par leur service de Dieu et de leurs frères, ces hommes et ces femmes nous montrent combien la foi est un acte personnel et communautaire, qui implique aussi un témoignage et un engagement publics que nous ne pouvons négliger !

Sainte Jeanne d'Arc, dont nous célébrons cette année le sixième centenaire de la naissance, en est un exemple lumineux, elle qui a voulu porter l'Évangile au cœur des réalités les plus dramatiques de l'histoire et de l'Église de son temps.
            Redécouvrir la joie de croire et l'enthousiasme de communiquer la force et la beauté de la foi est un enjeu essentiel de la nouvelle évangélisation à laquelle est conviée toute l'Église. Mettez-vous en route sans crainte pour conduire les hommes et les femmes de votre pays vers l'amitié avec le Christ !
            Chers Frères et Sœurs, que la Vierge Immaculée, Notre-Dame de Lourdes, qui a eu un rôle si important dans le
mystère du Salut, soit aussi pour vous une lumière sur la route qui conduit vers le Christ, qu'elle vous aide à grandir dans la foi. À vous tous, Évêques et fidèles, pèlerins de Lourdes, et à vous frères et sœurs de France qui êtes unis à nous par la radio ou la télévision, j'adresse de grand cœur une affectueuse Bénédiction Apostolique ! »

           

Le deuxième Concile du Vatican fait partie de l’histoire de l’Eglise et il n’est pas question de le passer sous silence ou de vivre comme s’il n’existait pas. C’est un premier point. Cependant il ne faut pas oublier le second point : il faut poursuivre le renouveau de l’Eglise (en ses membres) dans la continuité de la Tradition (cf. le discours du pape à la Curie romaine du 22 décembre 2005).

            En quelques phrases, Benoit XVI nous montre le chemin à suivre sur une ligne de crête, sous peine, si nous ne l’écoutons pas, de tomber dans les deux précipices opposés d’une herméneutique de la rupture : soit « Vatican II - super Concile » par qui tout devient enfin possible et qui nous permet  de sortir de l’obscurantisme ante-conciliaire, soit « Vatican II - concile hérétique » avec et par qui la Tradition est perdue, rompue, contredite. Pour éviter ces deux écueils mortifères : il faut recevoir le Concile dans la Tradition et sous la direction sûre (car assistée et garantie par l’Esprit-Saint) du Magistère de l’Eglise.

            Nous noterons aussi l’invitation à « mieux connaître les textes » du Concile. Pourquoi ? Pour ne pas en rester au « flou impressionniste » de ce que l’on a appelé pendant des décennies « l’esprit du Concile ». Cet esprit permettant de faire dire au Concile ce qu’il n’a pas dit ou d’imposer une pastorale absolument étrangère aux décisions conciliaires et à la Tradition de l’Eglise. A Lourdes le Cardinal Ricard, archevêque de Bordeaux est lui-même revenu sur cet « esprit du Concile » dans une homélie. Il disait : « Ce qui me frappe dans l'expérience du Concile Vatican II, ce qui a habité ses acteurs et ce qui affleure dans la plupart de ses textes, c'est cette passion d'accueillir le salut de Dieu et de le proposer, à frais nouveaux, aux hommes et aux femmes de ce temps. On a parlé d'un « esprit du Concile ». Je préférerais parler d'un « souffle » conciliaire, d'une « passion », d'une « passion évangélisatrice ». Et cette passion n'a pas pris une ride. Certes, le monde a changé, notre environnement n'est plus celui des années conciliaires, mais c'est bien la même « charité pastorale » qui est à l'œuvre dans le travail du Concile et qui nous fait entreprendre aujourd'hui une nouvelle évangélisation».

            Pour faire un petit jeu de mot, nous pourrions dire : « le vent tourne »... La France a mis plus d’un siècle à accueillir les décrets du Concile de Trente. Espérons qu’au bout de 50 ans, elle recevra en vérité « à l’intérieur de la Tradition et sous la direction sûre du Magistère » le vrai Concile Vatican II, et qu’elle sera de plus en plus embrasée du vrai Souffle divin, l’Esprit-Saint, qui fait dire à chacun de nous : « malheur à moi si je n’évangélise pas ! » (1 Co 9, 16) parce que la « charité nous presse » (2 Co 5, 14) de faire connaître et aimer le Seigneur pour le salut éternel de chaque personne humaine.

 

Abbé Laurent Spriet +



Partager cet article

Repost 0
Published by Eglise Saint-Georges - dans BULLETIN - FORMATION
commenter cet article

commentaires

 

 

Retrouvez toute l'actualité de Saint-Georges sur son nouveau site :

 

http://eglisesaintgeorges.com/

Rechercher

Consultez

le dernier bulletin paroissial

  Novembre 2012

Inscription à l'adoration du 1er vendredi du mois

ici

Inscription au service fleurs

ici

APOSTOLAT DE LA PRIERE

2012


(Du Vatican, le 31 décembre 2008 ;
Agence Fides 3/2/2009)

-wsb-480x623-PapstBenedikt36.jpg 

Septembre 2012

Intentions du Saint-Père

 

Intention Générale :

 

 

 

Pour que les responsables politiques agissent toujours avec honnêteté, intégrité et amour de la vérité. 

 

 

 

Intention Missionnaire

 

   Pour que les communautés chrétiennes se rendent disponibles à l’envoi de missionnaires, prêtres, laïcs, et augmentent leur soutien concret en faveur des Eglises les plus pauvres.