Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 19:14

 

Né en 1789, à Marlhes, France, Marcellin, prêtre de la Société de Marie, attristé par l’état d’ignorance des jeunes gens de la campagne, fonda l’Institut des Frères Maristes des Écoles pour leur donner l’éducation chrétienne. Animé d’un amour particulier pour la Mère de Dieu, il apprit d’elle la pratique de l’humilité et de l’amour de Dieu et des hommes et en rendit témoignage. Il voulut que ses disciples la prennent pour Mère et premier modèle dans l’éducation des jeunes. Il est mort à Notre-Dame de l’Hermitage, près de Saint Chamond, le 6 juin 1840.

 

Qu’on puisse dire des petits Frères de Marie : « Voyez comme ils s’aiment… » !

 

Je meurs plein de respect, de reconnaissance et de soumission pour le Révérend Père Supérieur Général de la Société de Marie et dans les sentiments de la plus parfaite union pour tous les membres qui la composent, spécialement pour les Frères que Dieu avait confiés à ma sollicitude, et qui ont toujours été si chers à mon cœur.

 

Je désire qu’une entière et parfaite obéissance règne toujours parmi les Frères de Marie, que les inférieurs, envisageant dans les Supérieurs la personne de Jésus-Christ, leur obéissent de cœur et d’esprit, renonçant toujours, s’il est besoin, à leur volonté et à leurs jugements propres.
Je vous prie aussi, Mes bien chers Frères, de toute l’affection de mon âme et par toute celle que vous avez pour moi, de faire en sorte que la sainte charité se maintienne toujours parmi vous. Aimez-vous les uns les autres comme Jésus-Christ vous a aimés. Qu’il n’y ait parmi vous qu’un même cœur et un même esprit. Qu’on puisse dire des Petits Frères de Marie comme des premiers chrétiens : Voyez comme ils s’aiment !…

 

C’est le vœu de mon cœur le plus ardent, à ce dernier moment de ma vie. Oui, mes bien chers Frères, écoutez les dernières paroles de votre Père, ce sont celles de notre bien-aimé Sauveur : Aimez-vous les uns les autres.

 

Je désire, mes Bien chers Frères que cette charité qui doit vous unir tous ensemble, comme les membres d’un même corps, s’étende aussi à toutes les autres congrégations. Ah ! je vous en conjure par la charité ans bornes de Jésus-Christ, gardez-vous de jamais porter envie à personne et surtout à ceux que le bon Dieu appelle à travailler, comme vous, dans l’état religieux, à l’instruction de la jeunesse. Soyez les premiers à vous réjouir de leurs succès et à vous affliger de leurs disgrâces. Recommandez-les souvent au bon Dieu et à la divine Marie. Cédez-leur sans peine. Ne prêtez jamais l’oreille à des discours qui tendraient à leur nuire. Que la seule gloire de Dieu et l’honneur de Marie soient votre unique but et toute votre ambition. Qu’un même esprit, un même amour vous unisse aux Pères de la Société de Marie comme des branches à un même tronc et comme les enfants d’une même famille à une Bonne Mère, la divine Marie.

 

Il y a des difficultés pour vivre en bons religieux, mais la grâce adoucit tout.

 

Je demande encore au bon Dieu et je souhaite de toute l’affection de mon âme, que vous persévériez fidèlement dans le saint exercice de la présence de Dieu, l’âme de la prière, de l’oraison et de toutes les vertus. Que l’humilité et la simplicité soient toujours le caractère des petits Frères de Marie. Qu’une dévotion tendre et filiale vous anime dans tous les temps et dans toutes les circonstances pour notre Bonne Mère. Faites-la aimer partout, autant qu’il vous sera possible. C’est elle qui est la première Supérieure de toute la Société. Joignez à la dévotion à Marie la dévotion au glorieux Saint Joseph, son très digne époux ; vous savez qu’il est un de nos premiers patrons.

 

Vous faites l’office d’anges gardiens auprès des enfants qui vous sont confiés ; rendez à ces purs esprits un culte particulier d’amour, de respect et de confiance.

 

Mes très chers Frères, soyez fidèles à votre vocation, aimez-la et persévérez-y avec courage. Conservez-vous dans un grand esprit de pauvreté et de détachement. Que l’observance journalière de vos saintes Règles vous préserve de manquer jamais au vœu sacré qui vous lie à la plus belle et à la plus délicate des vertus.

 

Il y a des peines pour vivre en bon Religieux, mais la grâce adoucit tout ; Jésus et Marie vous aideront ; d’ailleurs la vie est bien courte et l’éternité ne finira jamais. Ah, qu’il est consolant, au moment de paraître devant Dieu, de se rappeler qu’on a vécu sous les auspices de Marie et dans sa Société ! Daigne cette Bonne Mère vous conserver, vous multiplier et vous sanctifier. Que la grâce de Notre Seigneur Jésus-Christ, l’amour de Dieu et la communication du Saint-Esprit soient toujours avec vous.

 

Je vous laisse avec confiance dans les sacrés Cœurs de Jésus et de Marie, en attendant que nous puissions nous réunir tous ensemble dans la bienheureuse éternité.

 

Telle est ma volonté dernière et expresse pour la gloire de Jésus et de Marie.

 

 « Testament Spirituel » de S. Marcellin Champagnat, prêtre. (FURET J.-B., Vie de Marcellin J.B. Champagnat, 1989, c. 22, pp. 241-244)

Partager cet article

Repost 0
Published by Eglise Saint-Georges - dans BULLETIN - FORMATION
commenter cet article

commentaires

 

 

Retrouvez toute l'actualité de Saint-Georges sur son nouveau site :

 

http://eglisesaintgeorges.com/

Rechercher

Consultez

le dernier bulletin paroissial

  Novembre 2012

Inscription à l'adoration du 1er vendredi du mois

ici

Inscription au service fleurs

ici

APOSTOLAT DE LA PRIERE

2012


(Du Vatican, le 31 décembre 2008 ;
Agence Fides 3/2/2009)

-wsb-480x623-PapstBenedikt36.jpg 

Septembre 2012

Intentions du Saint-Père

 

Intention Générale :

 

 

 

Pour que les responsables politiques agissent toujours avec honnêteté, intégrité et amour de la vérité. 

 

 

 

Intention Missionnaire

 

   Pour que les communautés chrétiennes se rendent disponibles à l’envoi de missionnaires, prêtres, laïcs, et augmentent leur soutien concret en faveur des Eglises les plus pauvres.