Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 15:50
 

Cœur de Jésus, broyé à cause de nos péchés,

Cœur attristé par tant de crimes et de fautes,

Cœur victime de toutes les iniquités,

Je Vous aime de toute mon âme et par-dessus toutes choses,

Je Vous aime pour ceux qui vous méprisent et Vous délaissent,

Je Vous aime pour ceux qui Vous outragent et Vous empêchent de régner,

Je Vous aime pour ceux qui Vous abandonnent seul dans la Sainte Eucharistie,

Je Vous aime pour les âmes ingrates qui osent profaner

votre Sacrement d'Amour par leurs insultes et leurs sacrilèges,.

Cœur de Jésus, pardonnez aux pécheurs: ils ne savent pas ce qu'ils font!

Cœur de Jésus, soutenez ceux qui propagent votre Saint Nom!

Cœur de Jésus soutenez tous ceux qui souffrent et qui luttent!

Cœur de Jésus, faites que la société s'inspire en tout de votre Saint Evangile,

 seule sauvegarde de la justice et de la paix!

Cœur de Jésus, que les familles et les nations proclament vos droits!

Cœur de Jésus, régnez sur ma patrie!

Cœur de Jésus, que votre règne arrive,

par le Cœur Immaculé de Marie!

 

Partager cet article
Repost0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 15:48

Formule de Consécration en union à la Basilique Montmartre (1896)
Cet Acte figurait dans le Livre des Heures d'Adoration en Union avec le sanctuaire du Sacré-Cœur de Montmartre,

et était récité 3 fois par heure par les fidèles en adoration (Paris, Bureaux de la Basilique, 1897).

 

O Cœur adorable de mon divin Rédempteur, source féconde de toutes grâces, Roi de tous les cœurs, je vous consacre aujourd'hui le mien avec tous ses mouvements et le dévoue entièrement à votre service. Venez donc y régner, ô mon Dieu, venez y commander en Souverain, bannissez-en tout ce qui vous déplaît, redressez ses inclinations, corrigez ses dérèglements, purifiez ses intentions, imprimez en lui l'amour de vos saintes lois. Faites que la douceur, la patience, l'humilité, le mépris et le détachement des biens de la terre, et toutes les vertus qui ont fait vos délices fassent aussi les délices de mon cœur. Soyez son guide dans les routes dangereuses de ce monde, son consolateur dans ses misères, son asile dans les persécutions et son défenseur contre les portes de l'enfer. Mais surtout je vous conjure par le sang précieux que vous avez répandu pour moi d'embraser au plus tôt mon cœur de ce feu sacré que vous avez apporté sur la terre. J'ai tout à craindre de sa fragilité, mais je mets en vous toute ma confiance, et j'espère tout de votre bonté.

Consumez donc en moi tout ce qui vous déplaît, éloignez de moi tout ce qui peut vous résister, imprimez si avant votre amour dans mon cœur que jamais je ne puisse ni vous offenser ni vous oublier, ni être séparé de vous. Que mon nom soit écrit en votre Cœur, et que mon cœur soit semblable au vôtre afin qu'en vous et par vous il aime Dieu éternellement. Ainsi soit-il.

Partager cet article
Repost0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 15:48

 

Mon très cher Frère,

Que l’Esprit-Saint remplisse votre âme pour y être votre consolation, votre joie, votre force, votre lumière et votre amour!

Notre bon Seigneur nous a envoyé son divin Esprit pour qu’Il soit toute notre vie, qu’Il opère en nous toutes les perfections et la sainteté qu’Il a opérées en Notre-Seigneur lui-même. Voyez, quelle bonté de la part de notre Dieu, quel miracle de grâce et d’amour, de nous envoyer un si grand Maître pour nous instruire de toutes les merveilles que le Père a mises en son Fils bien-aimé et pour les opérer en nos âmes! Quelle doit être notre sainteté, si nous sommes fidèles à écouter intérieurement le divin Esprit, si nous sommes dociles à suivre ses mouvements, si nous nous y prêtons et si nous Lui donnons pleine liberté d’établir en nos âmes sa propre vie aux dépens et au détriment de notre vie de chair! C’est une chose incompréhensible que Dieu ait daigné regarder favorablement des gens aussi corrompus que nous, et qu’Il ait voulu venir établir sa demeure dans nos âmes.

Mais aussi, pour qu’Il puisse demeurer en nous et y vivre, il faut que toute corruption, tout esprit propre, tout amour de soi, toute affection créée et toute vie humaine disparaissent ; car le divin Esprit est un esprit de sainteté, et sa vie une vie uniquement sainte ; dès que vous vivons de notre propre vie, nous n’avons plus en nous la vie de sainteté, car nous sommes complètement opposés à la sainteté de Dieu. Voilà pourquoi tâchez de vous prêtez le mieux que vous pourrez à cette vie unique de l’Esprit de Dieu. N’oubliez pas que vous ne parviendrez jamais à exterminer la chair ; elle sera toujours chair, toujours mauvaise, toujours ennemie de Dieu, et opposée à l’esprit de sainteté qui demeure en vous. Qu’un Esprit aussi saint et aussi pur puisse demeurer au milieu de cette imperfection continuelle, et souffrir sans cesse cette révolte contre lui et les mélanges de ce misérable esprit de chair, voilà où se montrent d’une manière admirable la bonté et la miséricorde divines. C’est inconcevable ; mais cela doit nous confondre et nous forcer à nous abîmer dans l’humiliation devant Dieu, en même temps que cela doit nous faire entrer dans les transports d’amour envers la Sainte Trinité; car c’est là le grand mystère de l’amour de notre Dieu et de notre propre confusion.

Soyez fidèle à ce que le divin Esprit veut faire en vous, suivez-le très doucement et dans une grande humiliation intérieure devant Lui. Tenez-vous toujours en repos, visez à amortir, adoucir et calmer toutes vos aigreurs, tous vos mouvements d’inquiétude, tous les découragements et tous les troubles qui tendent à s’élever dans votre âme. Tâchez de vivre dans une certaine liberté d’esprit, sans contrainte et sans effort. Lorsque vous vous sentez assailli par le désir de vous répandre dans les créatures, ne vous en troublez pas. Ne savez-vous pas ce que vous êtes? Mais que craignez-vous? L’Esprit de Jésus qui est en vous ne vous tient-il pas entre ses mains? Oh! oui bien sûrement; car si cela n’était, vous seriez bien loin hors de Lui, il y a longtemps. [...]

Ne vous étonnez pas que j’insiste tant là-dessus, car Je pense et suis bien persuadé que pour être parfait il faut que nous soyons absolument vidés de tout ce qui n’est pas Dieu. Le Saint-Esprit frappe à tout instant à la porte de notre cœur; nous désirons ardemment qu’Il entre, et par ce désir nous Lui ouvrons la porte; mais comment peut-Il y entrer s’Il n’y trouve pas de place, s’Il trouve ce cœur qui doit tant lui appartenir rempli d’affections ennemies? Il est donc obligé de rester dehors, et Il a la bonté inconcevable d’attendre jusqu’à ce qu’Il trouve une petite place et à mesure que nous nous débarrassons de ces misérables affections. Plus le Saint-Esprit est entré dans notre cœur, plus nous devenons forts pour chasser peu à peu les ennemis de Dieu qui s’en sont emparés. C’est pour cela qu’il est essentiel que nous aidions ce divin Esprit à les mettre dehors, car sans notre ferme volonté Il ne les forcera pas seul.

Il faut donc le prier ardemment et employer tout ce qu’Il nous donne de force pour l’aider à accomplir cette œuvre.

 

Vénérable François-Marie Libermann (1804-1852)

Extrait des Lettres spirituelles, Paris, Poussielgue, 1889

(lettre à un séminariste).

Partager cet article
Repost0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 15:45

 

O très saint et très adorable Esprit, faites-moi entendre votre douce et aimable voix. Je veux être devant Vous comme une plume légère, afin que votre souffle m’emporte où il veut et que je ne lui oppose jamais la moindre résistance.

Partager cet article
Repost0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 15:44

 

 Les immenses bienfaits de la largesse divine qui sont offerts au peuple chrétien lui confèrent une dignité inestimable. Car il n'est pas, et il ne fut jamais, de nation si grande qui eût des dieux proches d'elle, comme notre Dieu nous est présent. (Dt 4, 7). En effet, le Fils unique de Dieu, voulant nous faire participer à sa divinité, a pris notre nature afin que, fait homme, il fit les hommes semblables à des dieux. Et en outre, ce qu'il prit de nous, il le livra entièrement pour notre salut. Car son Corps, il l'a, pour notre réconciliation, offert comme hostie sur l'autel de la croix, à Dieu son Père ; et son Sang, Il l'a répandu à la fois comme rançon et comme bain de purification, afin que, rachetés d'une misérable servitude, nous soyons lavés de tous nos péchés. Mais afin que le souvenir d'un si grand bienfait nous demeurât toujours présent, Il laissa aux fidèles, pour être pris sous l'apparence du pain et du vin, son corps en nourriture et son sang en breuvage. O festin précieux et admirable, porteur du salut et plein de douceur ! Que peut-il y avoir de plus précieux que ce festin ? Ce ne sont point là, comme jadis sous la loi, les chairs des veaux et des boucs, mais le Christ, vrai Dieu, qui nous est offert en nourriture. Quoi de plus admirable que ce Sacrement ? En lui, en effet, le pain et le vin sont changés substantiellement au Corps et au Sang du Christ ; de telle sorte que le Christ, Dieu et homme parfait, est contenu sous l'apparence d'un peu de pain et d'un peu de vin. Il est donc mangé par les fidèles, mais nullement déchiré ; bien plus, dans le Sacrement divisé, Il demeure entier sous chaque particule de cette division. Aussi aucun Sacrement n'est plus salutaire que celui-là : par lui, les péchés sont effacés, les vertus s'accroissent et l'âme est abondamment rassasiée de tous les dons spirituels. Il est offert dans l'Eglise pour les vivants et pour les morts, afin qu'il profite à tous, puisqu'il a été institué pour le salut de tous. Enfin, personne ne peut exprimer la suavité de ce Sacrement, où l'on goûte à sa source la douceur spirituelle, alors qu'il nous rappelle cette charité extrême que le Christ a montrée dans sa Passion. C'est pourquoi, afin de graver plus profondément dans le cœur des fidèles l'immensité de cette charité, à la dernière Cène, quand Il eut célébré la Pâque avec ses disciples et fut sur le point de passer de ce monde vers son Père, Il institua ce Sacrement comme le mémorial perpétuel de sa Passion, l'accomplissement des anciennes figures et le couronnement de tous ses miracles. Ainsi, à tous ceux que son absence contristerait, Il laissa une consolation unique.

 

Opusc. 57, Homélie au deuxième nocturne de la fête du Corpus Christi

 

Partager cet article
Repost0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 15:42

 

Le Cardinal Philippe Barbarin a pris l’heureuse décision d’envoyer Vincent l’an prochain en premier cycle (philosophie) au séminaire provincial Saint-Irénée situé sur la colline de Fourvière. Vincent continuera à vivre en lien avec la Maison Sainte-Blandine pour bénéficier de la forme extraordinaire, de cours de latin, de chant grégorien. A St Irénée des professeurs laïcs très compétents dispensent de bons cours de philosophie en conformité avec les demandes répétées du Magistère (une philosophie réaliste et à l’école de St Thomas d’Aquin). Ainsi la continuité et la cohérence de sa formation seront assurées ainsi que le respect de ses demandes légitimes en matière liturgique.

Nous confions spécialement le recrutement de notre Maison à vos prières. Plusieurs jeunes sont entrés en contact avec Mgr Batut et l’abbé Laurent Spriet, encore faut-il « transformer l’essai » et pouvoir compter sur leur inscription définitive. L’an prochain, nous devrions avoir le ou les premiers propédeutes envoyés et confiés à nos soins par des évêques diocésains non lyonnais. Rappelons que cette maison de fondation spirituelle est ouverte à tous les candidats au sacerdoce diocésain francophone. Peut-être aurons-nous un jour quelque belge ou africain parmi nous ?

N’oublions pas non plus que cette première année de propédeutique est aussi une année de discernement : un garçon qui n’est pas absolument certain d’être appelé au sacerdoce peut tout à fait venir passer une année pour prendre le temps et les moyens de discerner sereinement sa vocation avec l’aide de nos formateurs.

St Ignace de Loyola écrit dans ses Exercices : « Priez comme si tout dépendait de Dieu et travaillez comme si tout dépendait de vous ». Telle est la situation actuelle de la Maison dans sa volonté de se faire connaître et d’offrir ses services pour mettre en œuvre le Motu proprio du pape Benoit XVI et l’œuvre de la nécessaire réconciliation interne dans l’Eglise.

Ecoutons donc le Seigneur nous donner une intention de prière : « la moisson est abondante et les ouvriers peu nombreux : priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers à sa moisson » (Mt 9, 37-38).

Partager cet article
Repost0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 15:41


Je ne pensais pas en allant accueillir à la gare de Perrache le père NATA que j’allais, cinq mois plus tard,  passer quatre semaines dans la brousse au Bénin. Et pourtant le mercredi 2 février, je me trouvais dans l’avion en direction de Cotonou. Que savais-je de ce pays ? Pas grand-chose. De mes souvenirs scolaires, j’avais retenu que le Dahomey et le Togo étaient deux colonies allemandes, et qu’à la suite du traité de Versailles en 1918, la France héritait de ces deux pays comme protectorats, et que la capitale du Dahomey était Cotonou. Un point c’est tout ! J’ai donc sauté sur le petit Robert des noms propres pour en savoir plus. A Benin : 19 lignes sans carte ni illustration, mais à Dahomey, ouf !!,  une carte, et j’ai appris que ce pays était entre le Togo et le Nigéria, et qu’au nord se trouvaient le Burkina-Faso (ex Haute-Volta) et le Niger.

Ce petit pays d’Afrique de 112622 km2 a une population de  6200000 habitants. Voilà, j’étais moins idiot.

Pour revenir à l’avion, signe de la Providence, le seul fauteuil à ma gauche disponible, sur 250 passagers,  était occupé par un ecclésiastique, et pas n’importe lequel : l’archevêque de Cotonou, Mgr Antoine GANYE .Je l’ai retrouvé deux jours  plus tard à OUIRA, au grand séminaire du diocèse, pour la messe de clôture  d’une session regroupant l’ensemble des prêtres.

 

BOUKOUMBE

 

Le Père NATA m’a récupéré à l’aéroport et après une nuit passée au presbytère de la paroisse St Michel à Cotonou, nous avons pris la route sur l’unique nationale goudronnée reliant la capitale au nord du Bénin aux frontières du Burkina-Faso et du Nigeria.

Nous avions à parcourir 650 kms jusqu’à NATITINGOU. Au volant de sa 505 Peugeot, l’abbé NATA est un artiste du volant :  la route, soi-disant goudronnée, est truffée  d’ornières et de trous, à casser les amortisseurs les plus résistants ; mais nous sommes en Afrique, et la sagesse populaire veut qu’il ne faille pas être pressé comme ces européens qui regardent sans cesse leur montre. Notre moyenne n’a pas dépassé les cinquante kms/h. Partis de bonne heure, nous sommes enfin arrivés dans la paroisse Sainte Anne de Boukoumbé. Il faut vous dire que ce pays de 60000 âmes, très étendu, ne ressemble pas du tout à l’image que je m’en faisais. Pas de buildings, pas de grands magasins, pas d’immeubles… juste des petites maisons à peu près toutes semblables, des échoppes en bois ou en briques… dépaysement garanti. En outre, j’avais quitté Lyon avec une température de -2 degrés,  ici on avoisinait les 35 degrés, sans un souffle d’air. La première nuit fut terrible, avec un ventilateur au plafond qui brassait de l’air chaud ; heureusement, une bonne douche permettait de se rafraichir. .

Mon séjour en paroisse m’a permis de voir le travail accompli par le Père NATA et son vicaire, le père RODRIGUE. Il faut dire aussi que ces prêtres s’occupent d’une dizaine de paroisses, que ce soit au Bénin ou au Togo. Il y a aussi, pour les seconder, un conseil paroissial efficace et un nombre de catéchistes importants. Je n’oublierai pas de  mentionner les deux communautés de religieuses présentes : les franciscaines et les augustines. Les premières s’occupent des écoles maternelles et primaires, et les autres du dispensaire. Le travail fourni par ces religieuses est remarquable, et plus  de 400 enfants sont ainsi scolarisés dans des écoles catholiques. J’ai eu la chance de visiter quelques classes,  vous ne pouvez pas imaginer l’accueil que j’ai reçu : formidable !! Les enfants, disciplinés, sont attentifs à la parole du maître ou de la maitresse. J’avais l’impression de revenir 50ans en arrière, un enseignement ressemblant à celui qui était pratiqué jadis chez nous, et ça marche encore… Je manque de temps et d’espace pour vous raconter toutes mes rencontres et visites : découverte du pays des TATAS, ou pays des Batammariba, avec leurs cases fortifiées, visite de la réserve du PENDJARI, de 470000 ha abritant toute la faune du pays ; je pensais que j’allais me trouver nez à nez avec des bêtes sauvages, et bien, déçu : Il n’y a plus d’animaux sauvages. Il faut aller dans ces réserves pour pouvoir les apercevoir.

Je voudrais vous parler de la vie religieuse de la paroisse Sainte Anne .Tous les matins, c’est une centaine de personnes qui assiste à la messe chantée. Le dimanche ce sont les 700 places qui sont occupées. La messe est dite en français mais on chante aussi le Kyrie, le sanctus ou l’agnus dei. Mais quelle que soit la forme, les gens participent de façon très active à la célébration du Saint Sacrifice de la Messe : L’abbé Denis Le Pivain, curé de la paroisse St Jean-Baptiste à Natitingou, célèbre devant plus de 600 personnes la messe dominicale selon la forme extraordinaire ; je l’ai aussi rencontré, ainsi que Mgr Pascal N’KOUE, avec lequel j’ai déjeuné à plusieurs reprises. Il est évêque de Natitingou, un personnage remarquable, d’une grande culture, formé en Italie. Je peux vous dire que le catholicisme béninois est en pleine expansion grâce à la qualité des prêtres, des religieux et des religieuses, et de leur hiérarchie.

Notre Saint Père le Pape doit se rendre du 18 au 20 Novembre 2011 au Bénin. Nul doute, je l’espère, qu’il désignera un nouveau cardinal pour remplacer le cardinal béninois Mgr GANTIN, décédé il y a deux ans.

La paroisse de Boukoumbé a besoin que nous l’aidions à vivre, surtout face à la montée de l’Islam. Dans un premier temps, les paroissiens souhaiteraient qu’une clôture décente et efficace soit posée. Une participation de notre part serait la bienvenue, car le Bénin fait partie des pays d’Afrique les plus pauvres, surtout après avoir subi une dictature marxiste qui a ruiné le pays.

En conclusion, j’ai été remarquablement accueilli : Toutes les personnes côtoyées m’ont toujours reçu avec d’immenses sourires et une franche amitié. Aidons-les dans la mesure de nos moyens, et dans tous les cas prions pour eux.

Je crois savoir que le père Eric NATA sera parmi nous cet été. Accueillons-le avec chaleur et faisons en sorte que son séjour se déroule bien.

 

Bernard ROUSSEL paroissien de St Georges

Membre du conseil paropissial

rousselbam@gmail.com

Partager cet article
Repost0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 15:39

 

Rome a "repris en main" un secteur entier de l'activité de l'Eglise catholique. Celui de l'assistance humanitaire et de ses milliers d'ONG catholiques. Techniquement, les "Caritas" :: les 165 Caritas coordonnent chacune, dans leurs pays, de multiples associations humanitaires catholiques qui apportent une aide concrète (sociale, éducative, médicale...) à 24 millions de personnes. Elles emploient 440 000 salariés, sans compter les 625 000 bénévoles qui donnent du temps.

L'action sociale de l'Eglise catholique ne peut pas être techniquement déconnectée du corps central de la foi catholique. Cette action doit être clairement identifiée catholique. Benoît XVI en recevant ce congrès, a précisé : "Pour nous chrétiens, Dieu lui-même est la source de la charité, et la charité est entendue non seulement comme une vague philanthropie, mais comme don de soi, même jusqu'au sacrifice de sa propre vie en faveur des autres, à l'imitation de l'exemple de Jésus Christ." Il a ajouté : "le Saint-Siège a la tâche de suivre son activité [celle des Caritas] et de veiller à ce que, tant son action humanitaire et de charité que le contenu des documents diffusés, soient en pleine syntonie avec le Siège Apostolique et avec le Magistère de l'Église, et qu'elle soit administrée avec compétence et de façon transparente". 

Partager cet article
Repost0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 15:34

TRAVAUX dans Saint-Georges, souscription, Opération 1€ ou 2€ !

Après l’été la Mairie de Lyon va réaliser une nouvelle chaufferie et un couloir de sécurité dans la crypte sud de l’église, ainsi que tout le câblage électrique qui est revu et mis aux normes ; pour un coût total de plus de 330 000 €. La communauté de Saint-Georges doit payer 10% de la facture, qu’avancera l’Association Diocésaine de Lyon, il nous faudra donc trouver plus de 33 000€ dans les années à venir. Cela, sans compter le prix des nouveaux éclairages à notre charge et le réaménagement de la crypte sud de l’église. Nous cherchons des bonnes volontés pour nous aider à trouver ces financements. Une souscription à « ADL St-Georges (chauffage) » est lancée ; déjà nous vous invitons tous à participer à l’«opération 1€ ou 2€ », à mettre en plus de votre don habituel à la quête. Merci à tous les fidèles pour leur participation généreuse.

 

 CHARTRES : « L’Evangile de la Vie » Contact : François Rouchès (chef de chapitre) : 06 85 31 54 26 frouches@hotmail.com, Lorraine Marie-Jeanne, Marie Luisier, Olivier Radius (adjoints)

 

 Bourse JMJ : Nous relançons un appel pour réduire les frais d’inscription de ceux qui ont des difficultés financières (en particulier les familles nombreuses). Une bourse est ouverte. A vos tirelires ! merci d’avance.

 
     Recherches de logement : 
de nombreuses demandes de logement nous parviennent, essentiellement d'étudiants, amis aussi de familles. Si vous quittez votre logement ou si vous cherchez des locataires, merci de nous transmettre les renseignements. N'hésitez pas à nous faire part de vos recherches également. Merci d’avance.

 

Partager cet article
Repost0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 15:25

Procession eucharistique de la Fête-Dieu

Avec la paroisse Saint-Jean – Saint-Georges

Présidée par M. le chanoine Cacaud, curé de St-Jean-St-Georges

dimanche 26 juin 2011

14h45 : Départ à l’église Saint-Georges ;

procession du Saint-Sacrement dans le quartier Saint-Jean ; bénédiction finale dans la Primatiale Saint-Jean

Apportez vos pétales de fleurs (que l’on peut congeler) !

Info site Internet : www.cathedrale-lyon.cef.fr ; www.eglisesaintgeorges.org

Contact : fetedieu20090gmail.com

 

 

 

Etudiants : sortie de fin d'année du lundi 26 (19h) au mercredi 29 (16h) dans les alentours de Lyon (spi et détente). 

 

 

Souvenir Bourbonien : Mercredi 8 juin à Saint-Georges : messe de 18h30 à la mémoire de Louis XVII, mort le 8 juin 1795.


EAMUS : adoration interscoute mercredi 8 juin à 20h30 à St.Bonaventure


Feux de la Saint-Jean : les Scouts et Guides Saint-Louis vous y invitent samedi 25 juin.

 

Concert de chants des élèves du collège F. et J. de Fatima, vendredi 17 juin à 20h30 à Saint-Georges. Fête du collège dimanche 3 juillet !


Fête de S. Do : vendredi 1er juillet : messe à 16h à l'école, suivie de la fête de l'école

 

Journée du patrimoine : 17 et 18 septembre : Nous ouvrirons l'église non stop toute la journée samedi et dimanche. L'expérience des années précédentes montre qu'il y a un flot ininterrompu de touristes... à évangéliser! Proposez vos services pour assurer une permanence. Nous prévoyons en plus d'annoncer sur les programmes officiels : messe en rite lyonnais samedi à 9h et dimanche à 10h30, conférence sur le rite lyonnais le samedi (horaire à définir), et concert grégorien et orgue (samedi ou dimanche). Merci de donner vos possibilités à madame Brigitte HORIOT (Téléphone : 04 78 25 31 69 ou courriel : bhoriot@gmail.com)

Partager cet article
Repost0

 

 

Retrouvez toute l'actualité de Saint-Georges sur son nouveau site :

 

http://eglisesaintgeorges.com/

Rechercher

Consultez

le dernier bulletin paroissial

  Novembre 2012

Inscription à l'adoration du 1er vendredi du mois

ici

Inscription au service fleurs

ici

APOSTOLAT DE LA PRIERE

2012


(Du Vatican, le 31 décembre 2008 ;
Agence Fides 3/2/2009)

-wsb-480x623-PapstBenedikt36.jpg 

Septembre 2012

Intentions du Saint-Père

 

Intention Générale :

 

 

 

Pour que les responsables politiques agissent toujours avec honnêteté, intégrité et amour de la vérité. 

 

 

 

Intention Missionnaire

 

   Pour que les communautés chrétiennes se rendent disponibles à l’envoi de missionnaires, prêtres, laïcs, et augmentent leur soutien concret en faveur des Eglises les plus pauvres.