Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 23:00

 

 Comment il faut aimer Dieu.

  D'abord reconnais ceci : Dieu mérite notre amour sans mesure. Je résume donc ce que j'ai déjà dit : c'est Lui qui nous a aimés le premier (1Jn 4,10). Lui qui est si grand, il nous a aimés d'un amour très grand, tout à fait gratuit, nous qui sommes si petits ! Et il nous a aimés tels que nous sommes. C'est pourquoi je me souviens d'avoir dit au début : la mesure pour aimer Dieu, c'est de l'aimer sans mesure. Or, l'amour qui tend vers Dieu tend vers celui qui est immense et sans limite. Alors, je vous le demande, est-ce que notre amour pour lui peut avoir une mesure et une limite ? Non ! Il faut encore dire ceci : notre amour pour Dieu n'est pas gratuit, nous payons une dette. Dieu est immense, et il nous aime. Dieu a la vie pour toujours, et il nous aime. Dieu est l'amour qui dépasse tout ce qu'on peut connaître (Ep 3,19), et il nous aime. La grandeur de Dieu est sans limite (Ps 144,3), sa sagesse est sans mesure (Ps 146,5), sa paix dépasse tout ce que nous pouvons comprendre (Ph 4,7). Et nous, est-ce que nous allons mesurer notre amour pour Dieu ? 

"Seigneur, je t'aimerai. Tu es ma force, je m'appuie sur toi. C'est toi qui me protèges et me délivres" (Ps 17,2-3), toi qui es pour moi tout ce que je peux désirer, tout ce que je peux aimer. Toi, mon Dieu, toi, mon secours, je t'aimerai selon le don que tu m'as fait et selon ma mesure. Ma mesure ne peut atteindre ce que tu mérites, mais du moins je ferai tout ce que je peux. Non, je ne suis pas capable de t'aimer comme je le dois, je ne peux dépasser mes limites. Plus tard, quand tu voudras bien me donner davantage, je t'aimerai davantage, mais jamais je ne t'aimerai comme tu le mérites. Tu vois combien je suis imparfait. Pourtant, tu inscris dans le livre de la vie" (Ps 138,16) ceux qui font ce qu'ils peuvent, même s'ils ne peuvent pas faire tout ce qu'ils doivent. On voit donc clairement, je crois, comment il faut aimer Dieu, et pourquoi il mérite notre amour. Oui, je dis bien : pourquoi il mérite notre amour. Mais qui peut dire jusqu'à quel point il faut l'aimer ? Qui, je vous le demande, peut le dire ? Qui peut même le comprendre ?

 

9. Dieu est le plus grand de tous nos biens.

   Voyons maintenant ce que nous gagnons en aimant Dieu... Quand on aime Dieu, on reçoit de lui une récompense. Mais nous ne devons pas l'aimer pour recevoir cette récompense. En effet, l'amour vrai reçoit toujours quelque chose en échange. Pourtant, il ne veut rien gagner, parce qu'il "ne cherche pas ses intérêts" (1Co 13,5). C'est un mouvement du cœur, ce n'est pas un contrat. L'amour ne s'achète pas et il n'achète rien. L'amour est spontané, et nous fait agir spontanément. L'amour vrai trouve toute sa joie en lui-même. La récompense de l'amour, c'est la chose qu'on aime... L'amour vrai ne cherche pas de récompense, mais il en mérite une. Bien sûr, on promet une récompense à quelqu'un qui n'aime pas encore vraiment. On doit cette récompense à celui qui aime, et on la donne à celui qui est fidèle dans l'amour... Si quelqu'un aime Dieu, il cherchera, comme seule récompense, le Dieu qu'il aime. S'il cherche autre chose que Dieu, il n'aime pas vraiment Dieu, c'est sûr.    (…)

 

11. L'ami de Dieu trouve son bonheur en Dieu

  Mais celui qui obéit à Dieu n'agit pas de cette façon. Il a entendu les reproches qu'on fait aux gens mauvais, à ceux qui tournent en rond (Ps 30,14). En effet, beaucoup prennent le chemin qui est large (Mt 7,13), et qui conduit à la mort. Mais l'ami de Dieu choisit la route du Royaume (Nb 20,17). Il ne s'écarte ni à droite, ni à gauche. Le prophète Isaïe écrit : "Le chemin de l'ami de Dieu est droit. Il marche droit sur une route sans obstacle" (Is 26,7). Les amis de Dieu sont prudents : ils évitent les détours inutiles qui conduisent au mal. Ils choisissent le Christ. C'est lui, la Parole du Père, qui s'est fait tout petit pour nous rendre simples. C'est pourquoi les amis de Dieu ne désirent pas tout ce qu'ils voient, mais ils vendent tout ce qu'ils ont, et donnent l'argent aux pauvres (Mt 19,21). Oui, "les pauvres sont vraiment heureux, parce que le Royaume des cieux est à eux" (Mt 5,3). Tu le vois, tout le monde court (1Co 9,24), mais tous ne courent pas de la même façon. "Le Seigneur connaît le chemin de ses amis, mais le chemin des gens mauvais conduit à la mort" (Ps 1,6). "Pour l'ami de Dieu, avoir peu de biens vaut mieux que la fortune des gens mauvais" (Ps 36,16). Et, comme le Sage nous le dit "Celui qui aime l'argent n'en aura jamais assez" (Ec 5,9). Celui qui agit sans réfléchir en fait l'expérience. Au contraire, "ceux qui ont faim et soif d'obéir à Dieu seront rassasiés" (Mt 5,6). En effet, pour l'esprit de l'être raisonnable, de celui qui réfléchit, l'obéissance à Dieu est vraiment une nourriture. Mais l'argent ne nourrit pas l'esprit, de même, l'air ne nourrit pas le corps. Par exemple, si tu vois quelqu'un qui a faim ouvrir sa bouche et gonfler ses joues avec l'air, tu vas penser: " Il est complètement stupide ! "De même, celui qui pense nourrir son esprit avec des choses de la terre, est tout aussi stupide. Il remplit seulement son intelligence avec du vide, mais il n'est pas rassasié. Qu'est-ce qu'il y a de commun entre le corps et l'esprit ? Le corps ne peut pas se nourrir avec les choses de l'esprit. Mais l'esprit ne peut pas non plus se nourrir avec les choses du corps. "Remercie le Seigneur, Il te donne tous les biens que tu désires" (Ps 102,1 et (Ps 102,5). Il te donne ses bienfaits. Il te pousse à faire le bien. Il te fixe dans le bien. Il est là avant toi. Il te soutient, il te rassasie. Il fait naître ton désir, et c'est lui que tu désires. Au début, j'ai dit que la raison d'aimer Dieu, c'est Dieu lui-même. En disant cela, j'ai dit la vérité. En effet, l'amour vient de Dieu, et l'amour va à Dieu. Dieu nous donne l'occasion d'aimer. Il est l'origine de notre amour. Et c'est lui-même qui rassasie notre désir de l'aimer. Il nous donne de l'aimer ou, plutôt, il se donne à aimer. C'est lui aussi que nous espérons, et notre bonheur sera de l'aimer. Si cela n'est pas vrai, notre amour est vide. L'amour de Dieu, à la fois, prépare notre amour et le récompense. Dans sa bonté, Dieu est là avant nous. Plus juste que nous, Il veut que nous répondions à son amour. Lui, si bon, Il veut que nous le désirions. Il est riche pour tous ceux qui l'appellent (Rm 10,12). Mais il est lui-même notre plus grande richesse. Il s'est donné à nous pour que nous le cherchions. Il désire être notre récompense, il se donne en nourriture à ses amis, et il livre sa vie pour libérer les prisonniers. Seigneur, tu es bon pour celui qui te cherche (Lm 3,25). Mais que peut dire celui qui te trouve ? Voici ce qui est étonnant : personne ne peut te chercher, s'il ne t'a pas d'abord trouvé. Tu veux donc qu'on commence par te trouver. Puis tu veux qu'on continue à te chercher, afin de pouvoir te trouver davantage. Nous pouvons te chercher, c'est vrai, et nous pouvons te trouver. Mais nous ne serons jamais là avant toi En effet, nous pouvons dire : "Je te prie avant le lever du soleil" (Ps 87,14). Pourtant, toute prière est bien faible, si ce n'est pas toi qui l'inspires. Nous venons de voir comment aimer Dieu parfaitement. Voyons maintenant où commence cet amour...   (…)

 

13. Le deuxième échelon de l'amour, c'est d'aimer Dieu pour soi-même.

   Mais si nous voulons que notre amour du prochain soit tout à fait juste, cet amour doit prendre racine en Dieu. En effet, on ne peut pas aimer son prochain avec un cœur pur, si l'on n'aime pas selon le cœur de Dieu. Et on ne peut pas aimer selon le cœur de Dieu, si l'on n'aime pas Dieu. Il faut donc d'abord aimer Dieu, pour pouvoir aimer le prochain selon le cœur de Dieu. C'est Dieu qui est l'auteur de tous les biens, et c'est lui aussi qui est l'auteur de notre amour pour lui. Voici comment : il a créé l'être humain et il le protège. Oui, il nous a créés de telle façon que nous avons besoin d'être protégés, nous qui avons déjà Dieu comme Créateur. C'est par lui que nous existons, et sans lui, nous ne pouvons pas continuer à vivre. Ne l'oublions pas ! Ne pensons pas que les biens qui nous viennent du Créateur nous appartiennent. Pour que cela n'arrive jamais, le Créateur, dans son projet et son désir de nous sauver, veut que nous connaissions certaines difficultés. Ainsi, quand nous nous sentons écrasés par notre faiblesse, Dieu vient à notre aide et nous rend libres. Alors nous chantons la gloire de Dieu. Cela est juste, Dieu dit : "Appelle-moi au secours dans ton malheur, je te délivrerai, et tu chanteras ma gloire" (Ps 49,15). De cette façon, celui qui ne savait aimer que lui-même, de manière égoïste, commencera à aimer Dieu, mais c'est encore dans son intérêt à lui. Il le sait maintenant, parce qu'il en a fait souvent l'expérience, la force de bien agir lui vient de Dieu (Ph 4,13), et sans lui il ne peut rien faire (Jn 15,5). Ainsi, maintenant nous aimons Dieu, mais pour le moment c'est dans notre intérêt à nous. Nous n'aimons pas Dieu pour lui-même. Tu le vois, il est prudent de savoir ce que tu peux faire par toi-même et ce que tu peux faire avec l'aide de Dieu. Il est prudent aussi de te garder sans défaut devant celui qui te protège de tout mal. Supposons ceci : il t'arrive souvent des malheurs, cela t'entraîne à te tourner souvent vers Dieu, et ainsi Dieu te délivre souvent. Même si tu as une pierre ou du fer à la place du cœur, chaque fois que Dieu te délivre d'un malheur, ton cœur devient plus doux, parce que Dieu te rend de plus en plus libre. Et, petit à petit, tu commences à aimer Dieu, non plus dans ton intérêt à toi, mais pour Dieu lui-même.   

 

14. Le troisième échelon de l'amour, c'est d'aimer Dieu pour lui-même.

   Nous avons souvent besoin de crier vers Dieu pour qu'il nous aide. Et chaque fois que nous crions vers lui, nous nous approchons un peu plus près de lui. Et chaque fois que nous l'approchons, nous goûtons sa bonté et, en la goûtant, nous découvrons combien le Seigneur est doux (Ps 33,9). Alors voici ce qui arrive : nous aimons Dieu comme il faut, à cause de l'expérience de sa douceur, et non plus à cause de nos besoins personnels. Ce que les Samaritains disent à la femme quand elle annonce " Le Seigneur est là ", nous le disons aussi : "Maintenant nous ne croyons plus seulement à cause de ce que tu as dit. Nous l'avons entendu nous-mêmes, et nous le savons c'est vraiment lui le Sauveur du monde" (Jn 4,42). Nous suivons l'exemple des Samaritains et nous disons à notre corps : " Maintenant ce n'est plus à cause de tes besoins que nous aimons Dieu. Nous avons goûté nous-mêmes au Seigneur et nous savons combien il est doux. " De cette façon, les besoins du corps veulent dire quelque chose. Ils font connaître avec joie les bienfaits de Dieu. Si tu fais cette expérience, tu obéiras facilement au commandement d'aimer ton prochain. En effet, maintenant tu aimes vraiment Dieu et tout ce qui appartient à Dieu. Tu aimes avec un cœur pur, et tu obéis facilement à ce commandement si simple. Oui, comme l'apôtre Pierre le dit, ton cœur devient de plus en plus pur en obéissant au commandement de l'amour (1P 1,22). Tu aimes de façon juste et tu obéis à ce commandement juste d'aimer ton prochain. C'est un amour agréable, parce qu'il est gratuit. Il est pur aussi. Nous n'aimons pas avec des paroles et de beaux discours, mais avec des actes qui montrent que notre amour est vrai (1Jn 3,18). C'est un amour juste, parce qu'il rend autant qu'il reçoit. Oui, celui qui aime de cette façon aime comme il est aimé. Il aime et il ne cherche pas ses intérêts à lui, mais ceux de Jésus Christ (Ph 2,21). Lui, il a cherché notre bien, ou plutôt, il nous a cherchés nous-mêmes (2Co 12,14). Il n'a pas cherché ses intérêts à lui. Si tu dis : "Chantez les louanges du Seigneur parce qu'il est bon" (Ps 117,1), tu aimes vraiment. Supposons ceci : tu chantes les louanges du Seigneur non pas parce que le Seigneur a été bon pour toi, mais simplement parce que le Seigneur lui-même est bon. Eh bien, tu aimes vraiment Dieu pour Dieu, et non pas pour toi-même. Au contraire, si tu dis : "Je chanterai tes louanges, Seigneur, pour le bien que tu m'as fait" (Ps 48,19), tu n'aimes pas vraiment Dieu pour Dieu. Voilà le troisième échelon de l'amour : aimer Dieu pour lui-même.   

Partager cet article

Repost 0
Published by Eglise Saint-Georges - dans BULLETIN - FORMATION
commenter cet article

commentaires

 

 

Retrouvez toute l'actualité de Saint-Georges sur son nouveau site :

 

http://eglisesaintgeorges.com/

Rechercher

Consultez

le dernier bulletin paroissial

  Novembre 2012

Inscription à l'adoration du 1er vendredi du mois

ici

Inscription au service fleurs

ici

APOSTOLAT DE LA PRIERE

2012


(Du Vatican, le 31 décembre 2008 ;
Agence Fides 3/2/2009)

-wsb-480x623-PapstBenedikt36.jpg 

Septembre 2012

Intentions du Saint-Père

 

Intention Générale :

 

 

 

Pour que les responsables politiques agissent toujours avec honnêteté, intégrité et amour de la vérité. 

 

 

 

Intention Missionnaire

 

   Pour que les communautés chrétiennes se rendent disponibles à l’envoi de missionnaires, prêtres, laïcs, et augmentent leur soutien concret en faveur des Eglises les plus pauvres.